Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Reykjavik

    Imprimer

     

    bonfire.jpg

    Un peu partout dans le monde, on prépare en ce moment des bûchers immenses ou petits, qu'on allumera durant la nuit du 31. Dans certaines traditions d'Amérique du sud les gens brûlent les vieux meubles, les objets brisés, « le diable » pour tenter d'amorcer la nouvelle année sans les poids qu'ils traînent, ou qui les entraînent. Ici, cette année, il y aura au moins huit feux importants dans la ville. Pour célébrer la lumière. Pour reconnaître l'improbable et merveilleux rapprochement des êtres dans un endroit presque hostile. Josse m'a enseigné à écrire sur quelques feuilles les faits saillants de ma vie durant l'année passée. Ces feuilles passeront au feu à la veille du nouvel an. Un geste de réconciliation. Et d'ardeur. Car ce qui survit au feu...

    J'entame aujourd'hui ce bilan. S'y trouveront les souvenirs de moments heureux. Mais aussi, sans doute, quelques colères encore chaudes, des coins mal lavés de ma vie et de la poussière sous les tapis.

  • Ramallah

    Imprimer

    dsc00074[1].jpgPour me souvenir également que la joie « venait toujours après la peine ».

     

     

    » Quand Jacques sur le divan s'est mis à sangloter, lui, cet homme si intelligent, volontiers sarcastique, dupe de rien et surtout pas de lui-même, j'ai su qu'enfin nous avions atteint quoi ? mieux que le vrai : le lieu caché de la détresse. » J.-B. Pontalis, Fenêtres

    Et puisque nous mentionnons le divan, c'est à Ramallah qu'eut lieu en 2005 le concert inoubliable Divan - Barenboïm. 

     

    932916,property=imageData,v=1[1].jpg

    Joyeux Noël.

  • Rivière-du-Loup

    Imprimer

     

    Encore quelques jours seulement pour traverser le Saint-Laurent de St-Siméon à Rivière-du-Loup. À compter du 4 janvier, les glaces qui se déplacent déjà au gré du courant et des marées, empêcheront la navigation. Durant l'heure qu'il faut pour passer de la rive nord à l'autre rive sur le traversier, nous contournons des îles au milieu du fleuves... Île-des-Pellerin, île-aux-Lièvres, abandonnées au vent, au courant, à l'hiver. Au siècle dernier deux ou trois familles ont tenté d'y demeurer à l'année. Le climat trop rigoureux, l'isolement, le fleuve sans doute qui les encerclait et leur apparaissait plus haut que la terre et les faisaient disparaître au milieu d'un chaudron de lumière opaque, ont eu raison de leur folie.
    Mais en été, à l'heure du coucher du soleil sur le quai de Rivière-du-Loup, l'horizon est une des visions les plus douces qui puissent m'être accordé.*
    91028245.oX65Hv0L.jpg
    Nous entrons dans la période des Fêtes de Noël et du Nouvel An. C'est l'ange de Reims qui m'a indiqué le chemin jusqu'ici je pense. Afin que les jours prochains soient empreints de douceurs. 

    * qui puissent ? - accordé ? J'épelle à l'intuition et j'accorde à l'improviste. À l'aide !

  • Reims (2)

    Imprimer

    EMI CDC 7 47385 2. La Messe du Couronnement. En Do mineur, K. 427. Mozart. New Philharmonia Orchestra. La New Phill ! Direction de Raymond Leppard en 1974. Aller tout de suite au #5. Ileana Contrubas et Kiri Te Kanawa qui rivalisent pour attendrir le Seigneur Dieu. Puis aller au Cum Sancto Spiritu, #9, pour le chœur merveilleux et les voix de ténors américaines. Solides, pas du tout arrogantes, précises. En larmes, déjà !, à l'Et incarnatus est. Beauté ! Marcher dans la ville des couronnements. Pétillant jusqu'aux orteils.

    Bonne nuit. Beaux rêves...

  • Reims

    Imprimer

    Rien ne nous prépare, quand on arrive à Reims, on peut emprunter l'avenue Jean-Jaurès, à l'apparition de la cathédrale, mince navire de pierre échoué au bout de la rue Libergier. Le cœur de la ville est un chantier maritime. Pourquoi suis-je ici ?

    Juste avant la déclaration de la guerre, un jeune homme, j'allais écrire "un pauvre type" mais je ne ressens pas de compassion pour lui, dont le patronyme est Vilain, natif de Reims et qui se disait nationaliste, a assassiné Jean Jaurès qui s'opposait à la coalition impérialiste qui voulait faire la guerre. J'entends la chanson de Brel.

    En ce moment, je n'ai pas de réponse à sa question. Ni à la mienne. 

  • Rome (5)

    Imprimer

    Traverser les collines d'Amor à pieds, en marchant ou en courant, c'est arriver mille fois à l'ouverture du rideau de scène. Les occasions de m'échapper du réel sont si nombreuses ici qu'elles me poussent au contraire à résister, à rester là où je suis, à ne pas me dérober à mon propre cœur. Car il suffit de franchir par une fente dans un tissus très léger pour enjamber le temps et sortir vers l'autrefois d'un seul pas de géant. Je ressens un malaise face à mon peu d'intéret manifesté pour les évidences de Rome.

    L'expérience de Rome met en lumière pour moi des questions liées à l'instruction. J'ai grandi dans une société où la connaissance devait faire de nous des êtres humains meilleurs. Sinon, nous n'en étions pas vraiment dignes. L'instruction au Québec, à l'époque de mes grands-pères, était un mandat que le politique confiait au(x) religieux. C'est-à-dire qu'elle n'était pas laïque, évidemment ; ni gratuite, c'est encore plus évident ; pas tout à fait rationnelle bien entendu. La majorité des enfants québécois du début du 20e siècle pouvaient aller en classe jusqu'à ce que leur famille leur trouve plus d'utilité au travail ou aux travaux des champs. Certains y allaient juste assez longtemps pour savoir lire, écrire. Les filles le plus souvent ; la plupart des garçons, non.

    Mes parents et mes concitoyens contemporains ont rattrapé cet effrayant retard et traversé l'étrange brouillard. Mais autour de moi demeure, non pas de la méfiance à l'égard de la connaissance, mais une exigence certainement. Une attente à laquelle je ne peux qu'adhérer. Je viens de produire quatre pages sur Rome qui semblent faire fi des choses que l'on se doit de dire sur Rome. C'est vrai. Je suis un fervent lecteur (correcteur et défenseur) de l'encyclopédie gratuite en ligne Wikipedia. Je pense d'ailleurs que la page sur Rome dans Wiki vaut mille fois n'importe laquelle des miennes dans Épistolaire.

    Or je pense aussi que j'ai raison de croire que les lecteurs ne sont pas floués ici s'ils découvrent qu'un homme, voyageur dans un temps immobile, vaniteux comme chacun bien entendu, préfère qu'on le considère pour ce qu'il est (ce qui n'est possible que pour lui) que pour ce qu'il sait (ce qui est accessible à n'importe qui).

  • Rome (4)

    Imprimer

    A3981.jpg

    Je ne veux pas quitter Rome. Mais il le FAUT !, me dit Monsieur L. Je reçois de mes lectures d'étranges présents - j'étire la notion du présent jusqu'à la cassure. Je voudrais tenter de résumer en un seul paragraphe le délire, les tombeaux, la musicalité de ce coin ouvragé de la fourmilière. Je m'entends rire depuis l'Antiquité. Et je veux, sans avoir l'air de m'intéresser à elle, trouver une représentation éloquente de l'église catholique.

    Celle-ci fait bien l'affaire. "L'ivresse de Noé" du plafond de la Sixtine. Vous vous souvenez de l'histoire ? Noé goûte un peu trop à son vin. S'endort. Son plus jeune fils Cham le trouve nu, appelle ses frères, leur dit : regardez... Mais Sem et Japhet honteux, tournent leur regard ailleurs, couvrent la nudité de leur père d'un drap. Au réveil Noé maudit Cham et sa descendance, bénit les deux autres. On apprend dans la Genèse que Noé a vécu près de mille ans.

    Montrer ce qui ne se montre pas - le montrer quand même. Pourquoi ?

    S'ajoute à ceci, trois niveaux de lecture : politique, historique, artistique. 

  • Rome (3)

    Imprimer

     

    rome-8.jpg

    Les volets sont ouverts ou les volets fermés. Quelques voix en mouvement nous parviennent - murmures dans les chœurs à l'opéra durant la répétition. Les pigeons locataires des fontaines sont les anges du tableau et surveillent la tiare sans bijoux. Le mur est une chair jeune-vieille qui a voyagé, fut exposée à d'autres soleils. Le tout petit coin du ciel rêve à la terre.  

     

  • Rome (2)

    Imprimer

    rome-11[1].jpg
    « Je ne crains rien et je ne rétracte rien, il n'y a rien à rétracter et je ne sais pas ce que j'aurais à rétracter. » Giordano Bruno

  • Rome

    Imprimer
    pieds-mains-statue-rome-italie-337335468-907823[1].jpg

    Cette photo vient d'ici.

    Merci monsieur Donato Altieri. C'est un peu comme si je publiais le commentaire avant d'écrire le billet. Mais je me demande ici laquelle est la chair la plus vivante. Lequel de la main ou du pied aura été caressé du regard et de la main le plus souvent ?