Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chichester

Imprimer

Chichester-Psalms.jpgOn peut aller ici ou . Ou là-haut.

Commentaires

  • Ici et là: très beau! Merci pour cette musique et ces belles voix, Marc.
    Là-haut: pas moyen d'y parvenir: est-ce un signe? ;o)

  • C'est sans doute un signe. Pas moyen d'y parvenir... Aujourd'hui. Plus tard peut-être.

    ...

    Il y a quelques années, j'ai chanté avec les basses, ces psaumes en hébreu. Bernstein les a appelé ainsi parce que c'est le maître de chapelle de la cathédrale de Chichester qui les lui a commandés (en 1970, je crois). C'était, pour un choriste, une expérience musicale importante. Un voyage qui exige une préparation minutieuse et un engagement sérieux.

  • Mais c'est magnifique par ici ... C'est rare une partition en billet (à billets ? ;-)
    et le psaume ! Le mot "Psaume", ne trouvez-vous pas qu'il est très beau à prononcer ? tel un murmure qu'on se fait à soit même psssssssssssssssss au mmmmmmmmmmmmmmmmmm '

    Sans être particulièrement attachée aux rituels catholiques j'aimerais en écho, pour l'amour des mots, des images, de la beauté , (de la bonté peut-être ?)
    (Pour une fois, je ne viendrai pas les mains vides;-) vous joindre ici un psaume, tout à fait envoûtant
    c'est le PSAUME 22 :
    comme un premier ou dernier voyage. Limpide... heureux . Une musique. J'ose espérer que vous l'aimerez comme je l'aime (et qu'il vous viendra peut être même, un jour, l'envie de le chanter, (même seul) ,puisque vous le savez les murs ont des oreilles et les fenêtres aussi ...)
    ci-joint :

    LE SEIGNEUR EST MON BERGER

    "Le Seigneur est mon berger,
    je ne manque de rien.

    Sur des prés d'herbe fraîche,
    il me fait reposer.
    
Il me mène vers les eaux tranquilles
    et me fait revivre ;
    
Il me conduit par le juste chemin
    pour l'honneur de son nom.

    Si je passe un ravin de ténèbres,
    je ne crains aucun mal,
    car tu es avec moi,
    ton bâton me guide et me rassure.
    
Tu prépares la table pour moi
    devant mes adversaires ;

    Tu répands le parfum sur ma tête,
    ma coupe est débordante
    .
Grâce et bonheur m'accompagnent
    tous les jours de ma vie.

    J'habiterai la maison du Seigneur
    pour la durée de mes jours. "

  • @ Frasby : Le deuxième mouvement de cette pièce commence justement avec un extrait de ce psaume : Adonaï Roï. Merci. Les pasumes (qu'on soit des religions du Livre ou non) sont des oeuvres littéraires magnifiques. Parfois terribles par la colère et la vengeance, parfois tendres et simples.

  • Un psaume, de la part de Frasby! Un des plus beaux: "Le cantique de David" Merci ! Mais, pardonne moi, Frasby, c'est le 23 et si je puis me permettre, une version japonaise qui m'a beaucoup apporté:

    « Seigneur, règle l’allure de mes pas.
    Je ne me précipiterai pas.
    Tu m’incites à des pauses régulières.
    Tu me pourvois d’images paisibles
    Qui rétablissent ma sérénité.
    Tu me conduis sur la voie de l’efficacité
    Par le calme de l’esprit et ta direction de paix.
    Même si j’ai un grand nombre de choses à accomplir
    Chaque jour, je ne me tourmenterai pas,
    Car ta présence, Seigneur, m’accompagne.

    Ton immortalité, ta grandeur
    Me garderont en équilibre.
    Tu ménages le délassement et le renouveau
    Au plus fort de mon activité,
    Car tu imprègnes mon esprit
    De tes huiles de tranquillité.
    Ma coupe déborde d’une joyeuse énergie.
    L’harmonie et l’efficacité
    Seront le fruit de mon labeur,
    Car je marcherai dans tes pas, Seigneur,
    Et j’habiterai dans ta demeure pour toujours. »

    Le psaume 22 est très beau aussi, il commence par :

    "Mon Dieu! mon Dieu! Pourquoi
    m'as-tu abandonné,
    Et t'éloignes-tu sans me secourir,
    sans écouter mes plaintes?
    Mon Dieu! je crie le jour,et tu
    ne réponds pas;
    La nuit et je n'ai point de repos.
    ... "

    Les psaumes sont les livres de la bible que je préfère. J'en lis un ou plusieurs quasiment quotidiennement et ma foi, j'en vis en quelque sorte, sans prétention...
    Il m'est arrivé de longues nuits sans repos et je crois bien qu'Il a fini par m'entendre car j'ai crié très fort, mais très très fort vraiment, en silence...
    Notre Père répond toujours mais nous ne comprenons pas toujours , nos yeux sont souvent voilés et notre conscience endormie... Jusqu'au jour où...

    Merci aussi, Chère Frasby, pour ce psaume 22 que je n'aurais pas forcément relu ce soir ;o)

  • @ Lydie : Tu trouves quand même le moyen d'aller « là-haut » bien que l'ascenseur ne fonctionne pas. Ces deux psaumes... Celui de la confiance et de la joie. Celui du sentiment d'être abandonné. Avec la musique de Bernstein ici, je trouve que le psaume de la confiance chante aussi l'inquiétude. Comme s'il chantait les paroles de l'un sur l'air de l'autre. J'aime les chansons qui vont ainsi. Des chansons tristes sur un air gai. Des chansons joyeuses qui n'oublient pas les catastrophes. Un exemple ? Sans chercher tiens, il est tôt ce matin, la radio est allumée dans la cuisine, je l'entends en sourdine, on diffuse à l'instant une vieille chanson de Charles Trenet - Que reste-t-il de nos amours ? Je me dis en l'écoutant que si l'air de la chanson n'avait pas été si léger, si Trenet s'était appesanti, on ne l'aurait pas retenue celle-là.

  • "Ce soir le vent qui frappe à ma porte
    Me parle des amours mortes
    Devant le feu qui s' éteint
    Ce soir c'est une chanson d' automne
    Dans la maison qui frissonne
    Et je pense aux jours lointains

    Que reste-t-il de nos amours
    Que reste-t-il de ces beaux jours
    Une photo, vieille photo
    De ma jeunesse
    Que reste-t-il des billets doux
    Des mois d' avril, des rendez-vous
    Un souvenir qui me poursuit
    Sans cesse
    Bonheur fané, cheveux au vent
    Baisers volés, rêves mouvants
    Que reste-t-il de tout cela
    Dites-le-moi

    Les mots les mots tendres qu'on murmure
    Les caresses les plus pures
    Les serments au fond des bois
    Les fleurs qu'on retrouve dans un livre
    Dont le parfum vous enivre
    Se sont envolés pourquoi?

    Que reste-t-il de nos amours
    Que reste-t-il de ces beaux jours
    Une photo, vieille photo
    De ma jeunesse
    Que reste-t-il des billets doux
    Des mois d' avril, des rendez-vous
    Un souvenir qui me poursuit
    Sans cesse
    Bonheur fané, cheveux au vent
    Baisers volés, rêves mouvants
    Que reste-t-il de tout cela
    Dites-le-moi
    Un petit village, un vieux clocher
    Un paysage si bien caché
    Et dans un nuage le cher visage
    De mon passé"

    J'adore les chansons de Charles Trénet et il est vrai que :
    " Longtemps, longtemps, longtemps
    Après que les poètes ont disparu
    Leurs chansons courent encore dans les rues..."
    Avec Trénet, malgré la nostalgie: Y'a d'la joie, car il nous emmènera toujours dans ces jardins extraordinaires :o) Et puis il fait danser la mer...

    Par ailleurs, je vais te faire une confidence, dans une chorale, ce sont les basses qui me font vibrer:o)
    Je pars demain matin, quelques jours de vacances. Périgueux, Sarlat, puis La rochelle et l'île de Ré...
    Bonne nuit Marc.

  • @Lydie: Merci ... vraiment ! passer d'un psaume (version japonaise ?) étonnament touffu (pour une version japonaise ) à Charles Trenet, force l'admiration et c'est assez bien vu, même TRès bien vu ! Joli cadeau que ce texte même
    Pour le psaume 22 ou 23 , je crois que c'est problématique, voyez, vous même. Je le sais parce qu'un jour j'ai demandé, pour mon père, le psaume 23 et qu'on m'a répondu "Pardonnez,moi mais c'est le 22 !":
    ce sont des histoires de versions (on m'a expliqué j'ai oublié, désolée)
    pour preuve : ci joint sur le net glané au hasard des sites chrétiens (ma bonne foi ;-)
    http://www.dieu-et-moi.com/content/view/22/1/
    http://users.skynet.be/prier/textes/PR0006.HTM
    Sinon les psaumes bien sûr je les aime, comme toute la musique sacrée
    j'aime les écouter, celui ci par exemple d'Allegri que je trouve assez bouleversant (le son n'est pas très bon ,mais j'espère que vous l'apprecierez) il est merveilleux.
    http://www.wat.tv/video/psaume-51-50-miserere-mei-1bh7v_1bf5l_.html
    (si le lien fonctionne j'espère...)

    @Marc : Je ne savais pas que le deuxième mvt de cette pièce contenait un extr de ce psaume (22 ? 23 ?). Je trouve ce hasard assez extraordinaire, puisque je ne connaissais pas cette pièce. Et pour les psaumes en général, je vous lis et vous suis les yeux fermés ... ;-)

  • @ Frasby : Au sujet du Miserere d'Allegri, connaissez-vous ce récit ? Le Miserere étant un chef-d'oeuvre apprécié depuis plusieurs décennies lorsque Mozart visita Rome pour la première fois, était exclusivement réservé à un choeur de voix d'hommes et d'enfants, of course, mais il s'agissait également d'une exclusivité de la Sixtine ; il était défendu de le chanter à l'extérieur de la chapelle du pape. Mozart en visite à Rome l'entendit exécuter un jour, il retourna à sa chambre et le transcrivit sans fautes, de mémoire, au complet. Une fable à propos du génie ? Possible. Mais j'aime bien imaginer que cela se soit produit ainsi. L'intelligence et l'humanité plus fortes que la mesquinerie et les interdits.

  • Ah oui ! moi aussi j'aime bien imaginer que cela se soit produit ainsi et surtout pas autrement... Et je ne connaissais pas du tout ce récit au sujet du "Miserere" d'Allegri.Il est incroyable ! Merci pour ce commentaire qui a quelquechose d'obsédant et de complètement inoui.

Les commentaires sont fermés.