Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chengguan / Lhassa

Imprimer
Potala_from_W.jpg
Petits départs

Ce n'est probablement pas pour prendre possession de ce site que la Chine a envahi le Tibet en 1950. Mais pour « désenclaver » clamait l'envahisseur, pour moderniser et abolir le servage. Sans aucun doute des ressources, moins évidentes, souterraines probablement, y furent-elles également pour quelque chose.

Aujourd'hui cela me semble comme étant un des épisodes d'un mouvement inexorable : celui de l'histoire humaine qui penche inévitablement, encore une fois, du côté du plus grand nombre.

Ce n'est pas la première fois que la question se pose : la muette* ou le maquis.

* De la mueta : la maison des chiens de la meute

Commentaires

  • ...
    Salut

    Merci de ton mot chez moi... qui tombe à point.
    ça me motive pour continuer...

    Je pense que le Bouddhisme est la seule religion authentique de ce monde... la preuve : elle est persécutée...

    Bonne journée.
    Chris

  • @ Chris : Il y en a plusieurs ces temps-ci sur la toile qui présentent leurs bondieuseries avec un raffinement, une adresse, beaucoup d'aplomb et de la « culture »... Ton blog de boxeur me fait du bien. J'espère qu'il te fait du bien aussi. Merci.

    Les religions ? Toutes. Ont leurs meutes. Je suis intéressé par la pensée bouddhiste, qui repose à mes yeux, sur une prémisse moins incroyable que la pensée des religions du Livre. Mais j'aime les gens que j'aime. Je me sens proche des Tibétains à cause d'un ami qui est né là-bas et qui garde en son cœur quelque chose de ces hauteurs. J'aime aussi quelques chrétiens. Ce ne sont pas des chrétiens de la hiérarchie. Ils, elles, sont chrétiens, inévitablement, comme il faut bien être né quelque part. Et tentent de l'être dignement. Ce fut mon cas au cours de ma jeunesse. Je suis tombé dans la marge ensuite. Aujourd'hui je retrouve, comment dire, une valeur chrétienne, à préférer la résistance, la pauvreté, le doute et l'émerveillement.

  • voilà au moins une photo que je ne ferai pas, non pas par esprit révolutionnaire ou contre révolutionnaire, non pour ce que la réalité offre en lieu et place du rêve : nous sommes allés en Chine, Pékin, Canton, Shanghaï...dans les grandes villes où rien ne respire rien, temples inhabités, cité interdite ripolinée, pas d'âme, rien, rien en tout cas qui ne nous ait fait frisoonné ou parlé, la Chine, nous sommes passés à côté.

  • ---
    Tu as choisi le juste mot en parlant de boxe (mais française, je suis chauvin)...
    Mes lombaires ne me permettent plus de monter sur le ring, alors je me défoule sur la toile...

    A cause de mon tempérament de Pitt-Bull, je me suis toujours senti comme un loup dans la bergerie, au milieu de ces moutons de Panurge chrétiens...

    J'ai fréquenté un petit monastère bouddhiste de Joinville, à côté de Paris. J'y connaissais un moine anglais.
    Très bons souvenirs en compagnie des moines réfugiés, remplis de compassion...

    A plus... à mon retour de Bretagne...
    ---

  • @ Patrick : Rien ? Je serais bien étonné que la Chine puisse dire la même chose de toi, de vous... Comme la vie est étrange non? Les Chinois sont si nombreux. Et l'histoire là-bas est si longue. Douloureuse comme l'est partout l'histoire de l'humanité. Ils semblent si secrets.

    La semaine dernière, durant quatre jours, le neveu de Josse est arrêté chez nous. Si étrange. Un enfant trouvé, il y a 22 ans, dans un orphelinat. Un fils du peuple des montagnes du Pérou. Si silencieux. Quand il était là nous le croyions absent, indifférent ; malin comme nous le serions si nous avions le même comportement. Ce n'est qu'après son départ que nous nous sommes rendus compte qu'il nous aime. Vraiment. Qu'il écoutait et nous faisait confiance.

    Je pense au Chinois qui aujourd'hui fait un dessin de vous. De mémoire. Des couleurs neuves et audacieuses dans son cahier, grâce à vous. Parfois nos voyages ils sont faits pour donner.

  • Lhassa, le Potala m'inspirent la sagesse mais aussi tant de souffrances!... J'ai entendu parler de Lhassa , assez jeune quand, quelqu'un m'a prété le livre :" le 3ème oeil " écrit par le lama Lobsang Rampa. Je ne connaissais absolument rien du Thibet, alors.
    Je me suis souvent demandé si ce livre n'était pas qu'un roman, mais il m'a fait réfléchir et m'intéresser au peuple tibétain ainsi qu'à la philosophie boudiste. Cette philosophie me touche énormément et elle est très, je dirais "logique" pour un esprit cartésien car elle donne une explication tout à fait crédible à notre existence avec le cycle des réincarnations et le " karma" et puis" l'impermanence" dont il est facile de prendre conscience dans cette vie où rien ne dure, ni les bons moments ni les mauvais...

    Mais, comme tu le dis si bien Marc: " il faut bien être né quelque part. " Et donc je suis "née chrétienne" à l'âge de 11ans 1/2, quelque part , bien humblement, en Basse- Normandie!...
    Quand j'y réfléchi, je trouve que l'enseignement du christ et celui du Boudha sont tout à fait compatible :" amour et compassion" ne sont- elles pas deux choses absolument identiques ? Et de plus , le Nirvanâ que recherchent les boudistes et les vénérables lamas
    n'est-ce pas la même chose aussi que notre "Paradis " chrétien auquel nos âme aspirent?
    Et si la réincarnation existe, en vérité, j'espère bien, comme tous les boudistes y échapper car si je trouve cette vie merveilleuse, c'est que je me trouve particulièrement privilégiée ,d'une part et que je ressens une profonde admiration pour la création mais, d'autre part retraverser certaines épreuves: trés peu pour moi!...
    Quant aux " bondieuseries " ne valent -elles pas autant que les jolis" moulins à prières",
    mais je ne peux m'empêcher d'être émue en voyant les petits rubans multicolores flotter au vent de certains sommets ou quand j'entendais , petite fille athée- avant mes 11ans-
    les bonnes -soeurs (infirmières) réciter le "Je vous salue Marie" en égrenant leur chapelet!
    Les boudistes ont les mantras ...

  • @ Lydie : Je ne suis pas bouddhiste. Je ne suis pas chrétien. Je ne suis pas musulman. Dans mon cas c'est vers onze ans et demi que je me suis éloigné de la religion catholique. Celle qui m'avait été imposé depuis ma naissance : avec le baptême, la première communion, la confession, la confirmation et le reste... Cette histoire sinistre du père éternel qui envoie son fils se faire crucifier parce qu'il a raté sa création... Je ne pouvais plus, moi, y consentir. Bien sûr, c'est un point de vue et je comprends que d'autres n'entendent pas, ou ne lisent pas cette histoire ainsi. Si je donne le lien de Pema Chödrön ci-haut, c'est uniquement pour dire que si j'en ressentais le besoin, c'est de ce côté que j'irais. À cause d'elle. Et un tout petit peu aussi parce que l'Atlantique et le Cap Breton, cet endroit-là, c'est un peu mon idée du « bout du monde ». Mais je ne pense pas que cela se produira. Dans cette vie. Pour ce qui est d'une autre vie après celle-ci, parfois je penche pour la résurrection, parfois pour la réincarnation, parfois pour rien du tout. Comme je ne me souviens pas très bien de vies antérieures, j'ai beaucoup de mal à spéculer sur mes vies futures. Je n'accorde pas beaucoup de temps, ni d'importance à ces pensées.

    Un petit commentaire en finissant : je pense que tu as raison, les mantras, les prières c'est pareil. Et je ne serai jamais en mesure de dire (pour d'autres) s'il s'agit de bondieuseries ou non. Mais je pense que même lorsqu'on est croyant on peut avoir la lucidité et l'humilité d'admettre que parfois on se sert de dieu.

  • Bonsoir, Monsieur Marc

    Trop grand désormais je suis, pour me permettre d’apporter un légitime commentaire à votre billet. Quand nous avons fait connaissance j’avais seize ans et je me souviens oser écrire ce que je pensais sur ce sujet et vous avez été bien tolérant à mon égard. Mais ceci m’est désormais impossible.
    Le petit garçon a grandi… Vous seriez étonné de le voir, bientôt 21 ans !
    Je suis en mesure de vous en procurer des photos, très récentes, du Palais du Potala ou le visage de notre sourire contribue à illuminer, vaillamment notre pays.
    En tibétain le palais est : Kutèn, Sungtèn, Chörten – L’équivalent d’un garde du corps, garde parole, garde dons.

    Beaucoup de respect pour vous, amicalement
    xuan-lay

  • @ Xuan-Lay : Très bon matin. Nos univers symboliques qui prennent forme sur la terre, c'est impressionnant. Ce Palais, dont les noms signifient qu'il est le gardien de la tradition bouddhiste tibétaine, dans son incarnation, dans sa parole et dans ses dons est une chose émouvante quand on en saisit le sens. Merci de nous communiquer cette information.

    Ces œuvres de pierres me rappellent que dans mon propre être il y a un espace - dans la région du cœur, que je protège et qui me protège. Il garde, comme dans un écrin, le sens véritable de ma présence, de ma parole et de mon unicité.

    Je n'ai jamais trouvé, même quand tu étais plus jeune, que tu étais petit. Mais je pense bien comprendre ce que tu veux dire.

    Je serais heureux de recevoir des photos récentes du Palais du Potala ou de toutes autres choses que tu aimerais partager.

  • @ Lydie, @ Xuan-Lay : Si je me plais à imaginer que la vie des êtres forme des cycles, je vous vois comme des êtres prêtés à la terre. Peut-être un jour, hors du temps de votre mémoire avez vous prononcé cette prière :

    « Aussi longtemps qu'existera l'espace,
    Aussi longtemps qu'il y aura des êtres,
    Puissé-je moi aussi demeurer
    Pour dissiper la douleur du monde. »

    C'est le sens véritable de la compassion - et de l'amour chrétien, il me semble. Ceci est mis en contexte dans "La Citadelle des Neiges", Matthieu Ricard, Nil éditions.

  • " C'est celui qui le dit qui y est " :-)

    Matthieu Ricard... cela fait longtemps déja que je me disais qu'il me fallait le lire!

    Nous chantons Samedi soir, avec les amis de la chorale entre autre:
    -" le Tiébié Poièm " de Dmitri BORTNIANSKY (Liturgie orthodoxe slave) et aussi:
    - " We shall over come" ( chant traditionnel américain)
    " Nous y arriverons, un jour...
    Nous marcherons main dans la main, un jour,
    Nous n'avons pas peur, aujourdhui,
    Nous vivrons en paix, un jour..." C'est en Anglais, j'ai traduis...
    Nous nous émerveillons de ces chants!!! Pour dissiper la douleur du monde, une prière!
    Et si notre propre douleur -ou notre bonheur aussi- pouvait servir à soulager celle d'autrui...
    @ Xuan-Lay: 21 ans...Si jeune et si sage...

    Bonne nuit Marc.

  • Bonsoir Monsieur Marc

    Merveilleuse citation que celle-ci. L’auteur est Shântideva, grand maître de philosophie bouddhiste sanskrite. En contexte à la fin de l’ouvrage, la conclusion du héros « Détchèn », de la part de Matthieu elle vient là, fédérer la pensée bouddhiste.
    Cet ouvrage « la Citadelle des neiges » est un condensé de bonheur. Je veux dire par là que, le qualificatif de conte attribué à cette histoire n’est pas tout à fait juste. Chaque instant, chaque événement narré sont réels, mais simplement vécus par différentes personnes et rassemblés dans le but de composer cette merveille, ce livre. Un événement de la vie de xuan-lay s’y trouve... « peut-être » inséré discrètement.
    Je suis certain que vous définissez, par la pensée, un magnifique espace, localisé en raison de la générosité et de la grandeur de l’homme, dans la région du cœur. L’image de cet espace est le sommet d’une vaste tour de Babel à l’accès protégé.
    Je vous ferai parvenir des photos dès mon retour dans quelques jours.

    Lydie me dit « sage » ! Je choisi donc pour ce mot la définition de « non turbulent ».
    Merci

    xuan-lay

  • @ Lydie : Je connais ces deux œuvres. Je les ai chantées. Toutes les deux émouvantes, puissantes. J'espère que tu ressens en les chantant un peu de la non-turbulence qu'évoque notre ami. Cette année, à la chorale, le chant qui m'émeut est un extrait de film (ou peut-être de comédie musicale ?) : Annie, la chanson s'intitule Tomorrow. Dès les premières mesures je partage l'optimisme effronté, décidé, de tout ceux qui veulent vivre. Malgré que ce soit difficile, malgré la nuit. Parce que demain...

    @ Xuan-Lay : Je suis heureux de savoir que tu.. es. Il semble que tous nos voyages (qu'on aille ou qu'on revienne) sont des voyages de retour.

Les commentaires sont fermés.