Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Et ici (5)

Imprimer

100_0109.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À Josse,

C'est à l'extérieur de ma carapace. Mon monde. Juste avant le vaste monde. Durant le temps immobile et le 21 mai. Durant l'attente des fleurs et les fleurs, durant l'attente des fruits et les fruits. Durant l'attention et le travail. Je t'aime.

Commentaires

  • Mais c'est ICI le vaste Monde ! (pincez moi)
    vous parlez de travail ? mais non ! à ce niveau c'est une oeuvre !
    Votre "et ici" me fait rêver les yeux ouverts. Vraiment, MERCI !

  • @ Frasby : Qu'ajouter à votre commentaire ? Après ceci, je vais aller au S des T.R.A.C.E.S. Le monde est si vaste. Le vaste monde qui étire un peu mon petit soi hors de moi... Le monde familier de l'un est donc le continent inexploré, rêvé, de l'autre. La rue Billet, le sentier du vélo au bord du Rhône, la Tête d'Or de Lyon sont pour moi des parcours et des stations de mon être et dans ma propre campagne.

  • Votre réponse arrive en écho à des choses que j'aimerais vous écrire depuis longtemps à propos des mises en chansons des poèmes de Gaston Miron...
    J'imaginais en écoutant ce disque que vous deviez vivre en un lieu assez beau.
    Mais votre lieu en vrai (en photo vraie !) dépasse mon imagination.
    Une réponse épistolaire) que souhaitais vous faire, je n'ose promettre. La déesses ailes est chronophage... Et l'heure qu'il est m'échappe de + en +
    J'ose espérer qu'avec le décalage horaire nous pourrons un jour, nous y retrouver ;-)
    Ce qui est sûr, c'est qu'aujourd'hui quand on me parle de "Canada", je ne l'imagine plus pareil ... J'y vois beaucoup de fruits et des framboises (à perte de vue)...
    Comme si j'y étais allée au moins une fois, pour les goûter ;-)
    Bonne soirée... Bon début de soirée !

  • Je pense que les meilleurs voyages sont précédés de longs désirs, d'approches multiples et variées qui nous familiarisent avec les lieux, les gens, le goût des framboises, du pain, les odeurs, les couleurs, les mouvements des déesses (sans ailes) vues de dos, les traces sur les murs, les petites balafres sur les pierres, les dieux, les noms, les noms, les noms, les mots, les noms des rues, la chambre claire où un esprit voyage, contemple, considère... Les destinations les plus belles ne sont-elles pas celles où des amis nous attendent ? Merci.

Les commentaires sont fermés.