Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Saint-Esprit

Imprimer

Roger Echaquan, dont la fonction au sein de la nation Anishnabé est d'interpréter les rêves et d'en être le conteur, avait été invité par le département de psychologie de l'Université de Chicago pour y donner une conférence aux professeurs, chercheurs, psychologues, neuro-psychologues, etc. Joyeux et détendu devant un auditorium bondé, il s'était senti happé rapidement par la détresse et le désarroi qui surnageaient chez les participants.

- Je vous imagine chargés de tant de choses que vous ne devriez pas garder en vous. Je vous invite, leur dit-il, à sortir avec moi de l'auditorium. Nous irons au bout du champ derrière l'édifice où il y a un petit bois. Là, chacun de vous fera un petit trou de ses mains dans la terre. Juste assez grand pour y enfouir le visage. Et puis vous appuierez votre visage contre la terre et en paroles ou en cris lui livrerez tout ce qui vous accable et qui ne vous est pas indispensable. La terre, ajouta-t-il, sait faire de la nourriture avec nos déchets. Tous nos surplus sont compostables.

Et ils allèrent.

...

photo14.jpgC'est le temps de l'épandage dans les champs de Saint-Esprit ces jours-ci. Fumier de poules, de vaches, de cochons. Odeurs nauséabondes sur dix kilomètres tout le long de la route 125 nord qui se dirige, on est quand même encore loin, vers chez Roger Echaquan et les siens. Deux fois l'an au moins, la terre fait de cette merde un terreau fertile pour les fleurs, les plantes et les fruits.

 

Commentaires

  • Plus je lis ce billet, plus je le trouve incroyable ... !

  • @ Frasby : Incroyable, au sens difficile à croire ? C'est pourtant ainsi. Tenez, je vais paraphraser de mémoire Le Petit Prince (que vous n'aimez pas je sais - je le fais un peu par provocation) : « Voilà des millions d'années que la Terre produit des fleurs. Pourtant on ignore, on feint encore d'ignorer, que jamais ma rose n'eût jailli s'il n'y avait eu l'accumulation de chagrins, d'inquiétudes, de gaspillages, de malchances, de mauvaises intentions abouties, de maladies, de déchets, d'écœuranteries, de choses retenues qui finissent quand même par être livrées à la Terre. Je sais que ma rose est unique parce qu'elle est le billet que la Terre sait écrire - mais que je ne sais pas encore lire tout à fait. »

Les commentaires sont fermés.