Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Seillans

    Imprimer

    marechal_ferrant_bion_200x0.jpgJe pars. Je laisse un peu de musique dans la maison en sortant.

    S'en aller ! S'en aller ! Parole de vivant !

    St-John Perse, Vents, I-4

  • Saint-Marc

    Imprimer

    St-Marc, Antibonite, Haïti. Le 25 octobre 2010, 216 morts du choléra. Du choléra !

    Des milliards de dollars d'aide internationale sont accordés à la reconstruction d'Haïti depuis le tremblement de terre du 12 janvier 2010. Mais il y a encore des centaines de milliers de personnes sous des abris de toiles à Port-au-Prince et ailleurs - en Antibonite - il semble que des mesures sanitaires adéquates n'ont pas encore été prises...

    Nous allons aux recommencements, par la grande route qui ne va nulle part.

     

  • St-Jean-Vianney

    Imprimer

    Village aujourd'hui disparu. Un important glissement de terrain durant la nuit du 4 mai 1971. 31 morts. Évacuation. Puis fermeture définitive du village dans les jours suivants. France Paradis, poète invitée un soir à la Brûlerie de l'avenue Royale (Trois-Rivières) dit en murmurant : « C'est mon village d'origine. Il s'est effondré, de lui-même. Il était temps ! J'avais trente ans. Donc, je n'ai pas eu à le faire disparaître. Ne faites-vous pas disparaître vous aussi vos origines ? N'êtes-vous pas, vous aussi, au-delà des accidents de lieux, de patronymes, de superstitions, de conditions climatiques, fille ou fils de l'humanité, elle-même fille des étoiles ? N'êtes-vous pas, vous aussi, nés bien avant de naître ? N'avez-vous pas gardé le souvenir de la cellule, de votre période amphibienne - sinon comment vivez-vous le silence ; de votre capacité de voler - sinon comment saisissez-vous la lumière ? N'avez-vous pas reçu, gardé, entretenu les souvenirs de ce dont se souviennent les choses, les êtres, les objets autour de vous ? »

    Et puis elle a lu cet extrait de Chronique de St-John Perse :

    francine ferland.jpeg«  Nous n'étions pas dans le bois de luthier de l'épinette ou de la harpe ; ni dans le col de cygne des grands meubles lustrés, couleur de vin d'épices. Non plus n'étions dans les ciselures du bronze, et dans l'onyx, et les cannelures de pilastres, ni dans le vitres peuplées d'arbres des hautes armoires à livres, tout miel et or et cuir rouge d'Émir.

    «  Mais dans l'écale de tortue géante encore malodorante et dans le linge des servantes, et dans la cire des selleries où s'égare la guête ; ah ! dans la pierre du vieux fusil de noir, et dans l'odeur de copeaux frais des charpentiers de mer, et dans la guibre du voilier sur chantier de famille ; mieux, dans la pâte de corail blanc sciée pour les terrasses, et dans la pierre noire et blanche des grands carrelages d'offices, et dans l'enclume du forgeron d'étable, et dans ce bout de chaîne luisante, sous l'orage, qu'élève, corne haute, la lourde bête noir portant bourse de cuir... »

    Quel lien y a-t-il à faire entre le commentaire de France Paradis et l'extrait ? Ceci, que j'ai compris plus tard. Cette Chronique est celle de la naissance d'une vie haute, mais peu chantée, dans le grand âge de l'homme après que tout se soit effondré.