Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Charlotte - 24

Imprimer

Le sud, le nord


Le Labrador, ceci est un secret entre nous, est un grand espace vide, lointain, et vaste. Il arrive qu'on cherche, non pas un endroit pour se cacher, au contraire, rien qui ne nous rapetisse ; il arrive que l'on désire une place pour respirer, pour voir sans limite, pour s'adresse aux étoiles, au ciel, au-delà... Cela peut t'arriver.

C'est bien possible que tu aies du chagrin, un jour. N'aies pas peur du chagrin. Les gens qui ont peur du chagrin manquent de courage. Ou peut-être t'arrivera-t-il de rencontrer, c'est extrêmement rare, quelqu'un qui porte le chagrin et la joie dans son cœur avec une telle discrétion et une grande dignité - tu chercheras longtemps ensuite à nommer ce qui t'a touchée chez elle, chez lui.

Il peut arriver que la lumière te manque au point où tu te demanderas ce qui a bien pu se passer là-haut, là-bas, au-dedans de toi, pour que la Terre entière, le Monde te semblent trop petits pour ce que tu contiens. La Terre, la Vie, le Monde, l'Univers... On est porté à confondre. Ça se comprend. Tout ça c'est grand. Disons, que la Terre et l'Univers vont ensemble. Le Monde. lui, celui des humains, va plus ou moins bien. La Vie, elle va tout seul et toi et moi n'y comprenons pas grand chose. Mais la Vie est immense, immense, magnifique et il y aura toujours assez de place pour toi là.

Chère petite Charlotte, avec tes questions. Ou non ? Peut-être juste avec tes impatiences et tes doutes et ta décision d'aller courir ou danser, je t'aime.

10 Le Labrador.m4a

Le Labrador... Disons que le Labrador est un grand espace en toi où tu peux t'adresser aux étoiles si tu le veux. Elles ne répondent pas ? Parfois l'une d'elles tombe en traversant le ciel et son trajet lumineux fait une courbe en s'approchant de la Terre, comme la ligne du destin dans la paume de ta main. Les étoiles ne répondent pas. Mais le vent, lui, qui a longtemps écouté, répond à tout bout de champ. Et que dit-il ? Il dit : « Seras-tu, toi, assez libre pour aimer ce que tu aimes, pour vouloir ce que tu veux, pour tenir bon si tu le décides ? »

Les commentaires sont fermés.