Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Charlotte - 40

Imprimer

Guider.

Tout ce que nous aurons fait au cours de notre vie pour tenter de devenir ce que nous ne sommes pas est une perte de temps.

...

Ça ne s'apprend pas d'un seul coup. Il ne suffit pas d'une seule lettre. D'une seule conversation. De s'entendre dire : va, fais ce que tu aimes et deviens habile. Bien sûr que non.

Il aurait fallu qu'on nous le répète souvent.

Bien des gens ont entendu dès leur enfance, qu'ils ne valaient pas grand chose, ou que ce qu'ils étaient ne correspondait pas au désir de leur entourage (ce fut mon cas). De leur mère en tout premier lieu et de leur père. Ainsi que des figures de remplacements. Car ceux qui n'ont pas trouvé de maman, de papa en leurs parents, cherchent (et trouvent) très souvent des figures parentales de remplacement qui ressemblent, parfois avec plus de franchise, aux premiers. C'est étonnant. C'est étonnant. C'est étonnant.

Charlotte, puisse cette quarantième lettre te rejoindre un jour. Non pas qu'elle dise, plus que les autres, quelque chose d'important. Non pas qu'elle provienne d'un endroit plus sûr, plus convaincu, plus déterminant. Si tu m'avais connu, tu m'aurais saisi dans ma contradiction : apparemment sûr de moi, constamment ébranlé et incertain. Non. Elle dit juste que j'espère qu'on te dira souvent, avec des mots, avec des gestes, même dans les silences et la distance, que tu es aimée, qu'être toi est une merveille entre des milliards de possibilités et de merveilles. Être toi et tout ce que tu peux devenir. Ça aussi, ça aussi, ça aussi. Ce que tu peux devenir.

Il fait noir. Mercredi. Nous sommes en avril maintenant. En 2015. Ce sera la première pleine lune du printemps samedi. Pâques dimanche dès le lendemain. Des milliards d'êtres humains ont existé avant nous. Des milliards, souhaitons-le, existeront après nous. Tous ces êtres qui disent "je" au même titre que nous, nous le disons toi et moi. C'est la chance que nous avons tous il me semble, semblables à tous et uniques tout autant.

S'il te faut un piano, des chaussures, des couleurs, un barrage, des mots, des livres, du silence, une scène, un navire, un kayak, une chaloupe, un jardin, une pelle, un stylo, un clavier, l'air, le ciel, la mer pour devenir ce que tu es... Sache que ce ne sont pas des monstres uniquement qui t'ont précédée là où tu te retrouveras. Il y a quelques humains qui ont déjà croisé ton parcours. D'autres, assurément, croiseront ta route un jour. Et tu vivras, dans la solitude, de merveilleuses rencontres.

Ce qui peut arriver aussi c'est que quelqu'un (c'est miraculeux, imagine, de rencontrer parmi les milliards d'humains sur la terre, une personne, peut-être deux ou trois au cours de ta vie) qui fasse de ton existence, son destin. Et que ton destin s'enroule autour de son (leur) existence de la même manière.

Commentaires

  • Chaque lettre est une chanson. Chacune a sa petite musique. Que je voudrais pouvoir vivre la vie de Charlotte et trouver à quinze ans ce bouquet qui m'est adressé.

Les commentaires sont fermés.