Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Charlotte - 47

Imprimer

Être plusieurs.

Soi. Soi-même. C'est un mystère de l'existence. De la brève existence. La vie humaine qui ne dépasse pas longtemps la barre du jour. Il y a la promesse et puis... Zut ! On pense que la vie c'est uniquement notre courte expérience. Il y a pourtant des arbres centenaires, des pierres, des lacs profonds. Il y a pourtant le retour éternel des saisons. Mais il y a que nous vivons un petit nombre d'années. Si tout va bien, le corps solide et sûr de lui jusque vers trente-neuf ans. Ensuite, le doute du souffle, du cœur, des yeux, des mains et du désir. Quelque chose vacille.

Mais ce que nous ne voyons pas, c'est que nous vivons en un seul corps, plusieurs vies.

Plusieurs. Vraiment. Quelques-unes prennent plus de place que d'autres. Parce qu'elles nous réjouissent. Il ne faut pas les oublier.

J'ai été par exemple, un Cubain contemporain de Castro et Guevara fumant le cigare autour des feux les nuits des Révolutions de 1956 à 1959. J'étais un long adolescent maigre et musicien ; je jouais de la guitare - je chantais des chansons qui n'étaient pas encore écrites et qui nous donnaient à tous du cœur. J'ai été un compagnon chez le verrier qui, en 1960, fabriquait un des grands vitraux de Marc Chagall pour la chapelle de la cathédrale Notre-Dame de Reims. je est un autreJ'ai vu de mes yeux vu durant les jours qui ont précédé le référendum du 20 mai 1980, le peuple québécois célébrer dans le bonheur d'être vivant, la résistance de ses ancêtres enfin récompensée. J'ai vécu, j'ai mangé des repas, j'ai marché dans les sentiers d'odeurs avec les personnages de Jean Giono. J'ai passé des années immobiles dans les musiques, toutes contemporaines : Mozart de la nostalgie, Maître Pérotin de l'aventure de l'harmonie, Arvo Pärt du retour à la source, Mahler des chants et du tremblement, chansons populaires en français, en italien, en anglais. Choriste depuis que les chœurs existent. J'ai écrit des paragraphes un peu partout dans les livres qui sentinellent ma bibliothèque. Annie Dillard, Pascal Quignard, John Irving, François Mauriac, Jean Sulivan, John Cowper Powis, Albert Camus, Antonine Maillet, tous ceux à qui j'ai prêté des pages de ma vie et qui me les ont rendues dans ces chambres pleines d'échos que sont leurs livres. J'ai été mille fois navigateur sur les embarcations lourdes mais fragiles du 16e siècle qui traversaient l'Atlantique. Je me suis endormi dans les canots silencieux sur la nuit des lacs de l'Amérique. J'ai été humain ici avant que viennent les pauvres, les misérables, les chrétiens. Mon nom en Micmac, Abénakis, O'jibway, Blackfoot a toujours été Mas'c. J'ai été le père de ton papa tous les jours de sa vie, protecteur et chasseur de monstres. J'ai été près de ton berceau et de tes premiers pas et de tes découvertes. Je suis une ombre Taichi lente et souple qui te protège. J'ai été déchiré en mille morceaux quand j'ai vu souffrir ceux que j'aimais ; recollé, mal, lorsque les jours de la flèche du temps ont usé les aspérités du temps, sur eux comme sur moi. J'ai été courageux. Tous les jours dans le monde il y a quelqu'un qui pose un geste de courage et qui sauve la vie d'une autre personne. La plupart du temps sans s'en rendre compte. J'ai été lâche aussi. Refusé de voir devant mon strabisme. Je ne m'en vante pas. J'ai été piéton sur tous les trottoirs de New-York et j'ai chanté, en tempo avec Walt Whitman le corps électrique. Polyphonique.

...

Charlotte, chacun vit durant sa vie une vie nombreuse. Complexe et riche. Ne crois pas ceux qui vendent des chemins de facilité, de simplicité et des livres de réponses toutes faites et définitives. Va où tu veux. Sois toutes celles que tu es. Tous ces fragments sont celle que tu es.

 

Les commentaires sont fermés.