Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Charlotte - 50

Imprimer

Exercice d'alchimie.

Charlotte, si tes émerveillements te poussent tout simplement à te réjouir sans arrière-pensée… Sois heureuse ainsi.

Tu as compris bien sûr que ce n’est pas mon cas. Mes joies comme mes peines sont informées. Elles sont remplies d'autres histoires, les miennes, celles de mes proches, celles de l'humanité qui se sont rendues jusqu'à moi. C'est même devenu l'un des avantages d'ajouter des années à ma vie : celui de pouvoir saisir sans trop d'effort ma propre histoire dans la trame de l'histoire de l'humanité. J'y parviens entre autres en fréquentant les mythes fondateurs, ceux sur lesquels reposent l'existence des communautés et des familles.

J’ai participé au démarrage de quelques affaires au cours de ma vie et je vois bien que les circonstances, la nécessité, l’utilité sont des terreaux fertiles… Mais le véritable moteur de toute entreprise est l’histoire qui la suscite ou qui la perpétue. Je veux dire qu’il n’y a pas d’entreprise humaine qui démarre ou tienne la route si elle n'est pas abondamment racontée.

Voici deux histoires qui font écho en moi. Je suis athée. Non. Je suis polythéiste. Il y a des dieux tout le temps et partout.

L'évangile qui raconte la vie brève du fondateur du christianisme : celui-ci nous invite à aimer même si cela nous crucifie.

La doctrine bouddhiste qui se rend par bribes jusqu'à nous et qui nous invite à admettre la souffrance comme une réalité universelle et inévitable... Mais à y échapper en suivant la Voie.

Le Christ n’était pas chrétien ; le Bouddha n’était pas bouddhiste. Leur aventure réelle sur la terre ne correspond vraisemblablement pas aux histoires qu’on raconte à leur propos. Si la folie radicale de Jésus de Nazareth, ou la sagesse océanique du prince Siddhārtha trouvent en moi un théâtre - un espace acoustique disons, pour résonner, c’est que l’amour et la souffrance, j'en suis convaincu, font partie de la trame de ma vie comme de celle de toutes les vies humaines.

Et ce sont des réalités trop importantes pour que je les dépose dans la filière LQSR (Les Questions Sans Réponses).

 

Commentaires

  • Le prix qu'il faut payer pour apprendre cela. Respect. Courage Charlotte.

Les commentaires sont fermés.