Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Charlotte - 71

Imprimer

La mauvaise humeur.

Je me laisse souvent aller en toute mauvaise foi à mon penchant pour la tristesse. Même publiquement. Le monde nous rabâche constamment qu'il est assez beau et que tout va assez bien. Pour lui.

mauvaise foi,mélancolie

Charlotte, c'est mon avis, tu as le droit de ne pas faire semblant de te réjouir de la bonne humeur ambiante. Bien sûr sois polie. Retire-toi sur la pointe des pieds plutôt que gâcher la morne fête qui se déroule sur le vide.

Tu n'y changeras rien à moins de le faire avec art.

Évidemment, la joie est désirable. La tristesse, je ne sais pas vraiment pourquoi, a mauvaise réputation. Je te le dis à toi, ne va pas dire à tes parents que je t'ai dit cela, ils vont me bouder encore plus longtemps : la tristesse est désirable aussi. Ce qui n'est pas souhaitable, c'est l'hébétude, l'ensommeillement, la sidération des vivants qui travaillent sans accomplir quoi que ce soit, qui vivent sans rêves et qui finissent sans histoire par mourir d'ennui dans le marécage de leur ressentiment. Éloigne-toi d'eux, n'accorde aucune faveur aux sentiments d'armistice en toi quand ils surgissent. Si tu vas aux confins, aux extrémités, aux sommets et dans les gouffres de toi-même, dans le silence du chaud et du froid, tu trouveras le véritable éclatement. Tous les jours quand tu marches, quand tu es témoin d'une joie, d'une vraie peine, dépose un caillou blanc dans ton sac. Puis la nuit, quand le sentier est sombre et effrayant, dépose-les sur le sol derrière toi. Ce seront tes repères pour les retours. Tes re-pères pour les re-tours.

 

 

Commentaires

  • à l'enterrement de mon smartphone
    y'avait personne
    y'avait personne

  • Jolie vignette.

Les commentaires sont fermés.