Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Jordan Valley, Comté de Malheur, Oregon, USA

Imprimer

Marc,

J'ai voulu vivre dans un endroit improbable. Je suis venu m'installer ici : dans ce village de l'Oregon, qui se nomme Vallée du Jourdain, il se trouve qu'il est situé dans un comté qui se nomme Malheur. Près de Rome... Et de la frontière de l'Idaho. Ça ne s'invente pas. Il n'y a rien à voir. Je m'y suis installé pour écrire. Pour terminer le roman commencé il y a vingt ans. Mais aussi pour échapper à mes semblables humains et au coût exhorbitant de la vie partout aux ÉU d'Amérique. Ne pas avoir de revenus est ici la norme. 150 habitants environ. Je ne veux pas les connaître.

(...)

Je suis veuf, mais ma double nationalité canadienne et états-unienne officialisée par mon mariage il y a trente ans, me permet donc d'échapper à la version 2 du film politique Trudeau qui passe en boucle chez vous. Tout en étant accablé par celui qui s'intitule Clinton 2 ici. En fait, je n'échappe à rien comme tu le vois.

Je ne bois que de l'eau. Je ne fume plus.

Je ne pense pas que l'histoire des humains est un destin déjà écrit. Je ne crois qu'au présent. Et aux forces qui font tourner la roue. Je ne cesse de me demander ce qui pourrait être fait pour donner à nos compatriotes la possibilité de faire pencher la balance de l'histoire du côté de la survie de leur patrie et de leur environnement.

Je ne peux que mettre l'épaule un peu âgée à la roue. Mes trente dernières années à Florence (Oregon) m'ont éloigné de façon irréparable de l'activité du monde actuel.

(...)

Je veux te demander ton aide. Je ne paye pas de loyer, la maison, mon toit actuel m'a été prêtée. Mais il me faut faire rouler la bagnolle de temps en temps pour aller faire des courses. Je vais tenter de m'en tirer avec cinq mille dollars. Je ne veux travailler ailleurs que devant ma table et mes cahiers. 

Je veux t'envoyer par la poste le manuscrit de mon roman, recopié par moi-même, huit pages à la fois. Cela va coûter environ 1,20$ à chaque fois. Sur mille pages, cela va me coûter environ 150,$. Si tu me faisais parvenir ce montant, cela me donnerait la chance de commencer, aussitôt que je l'aurai reçu, de t'envoyer les premières pages. 

Je sais que tu sauras quoi faire avec le manuscrit. Je ne détesterais pas qu'une maison d'édition québécoise s'intéresse à la chose. L. est mon premier choix. Ceci étant dit, je te fais confiance.  

 (...)

Lucas

...

Entendu.

Marc

Écrire un commentaire

Optionnel